Hier nous sommes partis des montagnes du drakensberg pour aller faire notre premier safari. Progressivement la forêt de conifères a laissé la place à la savane. Des paysages jaunes et une terre rouge à perte de vue parsemés de quelques arbres à la cime plate. L’Afrique s’impose à nous.

Nous arrivons dans la réserve et le panorama est grandiose: voici la savane où nous allons chercher les animaux tant convoités.

un ranger vient nous chercher et nous nous enfonçons pendant 30min dans la savane. Nous sommes comme des enfants, ne pouvant nous empêcher de sourire au fur et à mesure que la civilisation s’éloigne. Nous voyons nos premiers animaux: gnous, girafes au loin et zèbres, des facocheres déguerpissent devant nous. A certains endroits le bush a été volontairement brûlé pour laisser place à des repousses vertes que les antilopes et zèbres viennent brouter. Nous arrivons au lodge reçus par tout le staff: serviette chaude, jus d’orange, chanson d’accueil... serions nous des privilégiés? 

« Laissez vos bagages et laissez moi vous montrer votre tente »


Nous traversons le camps entourés d’antilopes et de panneaux « attention aux crocodiles et aux hippopotames » et là le choc! Une tente vous dites? Écartée de tout notre tente est immense, le lit majestueux, baignoire et jacuzzi extérieurs. Du grand grand luxe auquel on n’est pas habitué. Nous en sommes même gênés. Rapidement nous nous préparons pour notre premier safari avec Marion (notre un ranger, c’est un homme) et un couple d’allemands qui eux continueront le lendemain leur route vers le nord. La premier sortie est très excitante, nous voyons des gnous et des antilopes, quelques zèbres, des facocheres; toutefois une évidence s’impose à nous, c’est la vie sauvage et on n’est pas au zoo. Si nous voyons un éléphant, un lion ou un guépard on peut s’estimer très heureux. Le safari dure 3h qui passent très vite. Nous nous rendons compte que ce que nous vivons est absolument unique. Nous sommes des privilégiés et nous savourons chaque minute. On s’échange régulièrement des sourires et notre excitation est communicative chaque fois que nous voyons le moindre animal. On prend l’apéro dans la savane avec nos compagnons, à l’endroit où les lions ont l’habitude de se rendre. Mais nous n’aurons pas cette chance. C’est tout de même le moment de sympathises et d’échanger des expériences de voyageurs et/ou d’aventuriers. Et nous pratiquons notre anglais qui est de moins en moins pire. Nous rentrons au lodge avec qu’une seule envie, y retourner rapidement!

Autour d’un bon feu on nous sert le mojito et nous sympathisons avec une Australienne, une néo-zélandaise, des allemands... le monde est avec nous. Visiblement ils ont eu plus de chance ils nous montrent une vidéo qu’ils viennent de prendre où ils ont suivi une troupe d’éléphants juste à côté d’eux! Magnifique! Nous buvons du vin tous ensemble et allons nous coucher tôt, vers 22h car demain à 5h30 on doit se réveiller pour notre premier safari. Nous en profitons pour utiliser notre baignoire extérieure et rentrons ensuite dans la tente rejoindre le lit dans lequel le personnel avait pris soin de mettre une bouillotte. Nous nous endormons au chaud avec le bruit du bush derrière nous. Le rêve! 


5h30 le personnel nous téléphone pour nous prévenir, on se prépare vite et c’est parti pour notre second safari. Comme hier, les antilopes et les gnous se montrent mais aucun animal des « big five ». Marion arrête la voiture et nous explique qu’il ne faut pas de bruit car le matin les lions rugissent pour marquer leur territoire si nous entendons un lion nous essaierons de voir vers où nous diriger. Salvatore dit à Marion « chez nous ce sont les coqs qui chantent le matin, ici c’est le lion... OK là je suis en Afrique ». L’ambiance est détendue 😊. On attend de longues minutes pas de lions à l’horizon... soudain, la radio sonne, un autre ranger explique qu’il a vu un lion à l’endroit précis où nous avions pris l’apéro hier. On y va tout de suite il nous faut une vingtaine de minutes et nous arrivons sur les lieux. Et là L’ÉMERVEILLEMENT! Le lion est toujours là c est un mâle et il nous regarde. Sa proie qu’il a dévorée gît une centaine de mètres plus loin, c’est un gnou ensanglanté. Les babines du lion sont encore rougeâtre. Nous restons une bonne demi heure à le contempler. J y serai bien resté la journée. A plusieurs reprises le lion se met à rugir. Il rugit si fort que notre 4x4 tremble. C’est vraiment impressionnant. Je demande à Marion s’il essaie de nous chasser, il me dit que non, il a dû entendre le cri des lionnes. Des lionnes sont donc dans les environs. Nous les entendons rugir et décidons de partir à leur recherche. Un ranger nous appelle pour nous aider, il les a vu quelques centaines de mètres plus loin. Nous arrivons sur place et nous voyons les deux lionnes gisantes sur un roc. Comme si elles prenaient le soleil. Un chacal déguerpit face aux deux prédatrices. C’est magnifique et unique. Nous restons une bonne vingtaine de minutes mais elles ne bougent guère. Sont elles rassasiée? Nous reprenons la route et prenons le café ensemble, dans le bush, un peu plus à l’écart des lionnes, inutile de prendre des risques insensés. Puis nous rentrons au lodge pour prendre notre petit déjeuner. Grace à notre appareil nous avons pu capturer de splendides photos mais que nous pouvons poster pour le moment. Il faudra se contenter de celles du téléphone. Vivement cet après midi pour notre 3e safari 😊.